La sciatique : quel traitement ?

La sciatique : quel traitement ?
L'Ostéopathie Sciatique

Une sciatique, qui se caractérise par une douleur aiguë qui irradie à l’arrière de la jambe, peut s’améliorer en quelques semaines et n’entraîne pas de dommage permanent. Néanmoins, si votre douleur ne disparaît pas après quelques semaines, consultez votre médecin généraliste pour qu’il puisse poser un diagnostic et vous orienter dans votre prise en charge.

De façon général, vous pouvez soulager vos douleurs rachidiennes et une sciatique en restant actif, à l’aide d’analgésiques et en faisant des étirements spécifiques ainsi que des exercices de renforcement musculaire. Il est cependant fortement conseillé de consulter, afin de déterminer l’origine de votre douleur et ainsi prendre les mesures nécessaires au traitement de celle-ci pour éviter que le mal n’empire.

Comment soulager la douleur liée à une sciatique ?

Activité physique régulière

Même si vous avez tendance à vouloir rester allonger au lit ou dans le canapé lorsque vous avez mal au dos, ce n’est pas la bonne solution. Vous risquez d’aggraver la situation. En effet, lorsque vous restez immobile, vos muscles ne travaillent pas, ils s’atrophient. Un muscle atrophié est moins puissant et ne joue plus son rôle de stabilisateur de la colonne vertébrale (ou de n’importe quelle articulation). Les articulations ne sont plus sollicitées, le liquide synovial qui lubrifie les surfaces articulaires est rare, vous devenez de plus en plus raide. Le cercle vicieux commence.

Pour réduire la douleur, il est donc recommandé de garder une activité physique régulière, dans la mesure de vos capacités : un peu de marche à pied, quelques longueurs de natation, du Pilate, du yoga…

Etirements sciatique

Étirements et renforcement musculaire

Le renforcement musculaire au niveau des lombaires et de la sangle abdominale aide considérablement à la récupération et réduisent la fréquence ainsi que la durée des épisodes récurrents des douleurs.

Les exercices comme le Pilate ou le yoga permettent d’améliorer la tonicité et la souplesse des muscles posturaux et de renforcer les muscles profonds. Votre colonne sera alors plus stable et plus « forte », les douleurs seront réduites.

Cependant, soyez attentifs à votre corps. Les exercices de renforcement et d’étirement doivent se faire sans douleur. Méfiez-vous de tous les programmes de musculation sur internet. Adaptés pour des personnes lambda, ils ne le sont pas pour les douleurs lombaires.

La médecine et les traitements alternatifs

Les médicaments

Les antidouleurs et les anti-inflammatoires, comme le dolipran et l’ibuprofen, peuvent être utilisés de façon temporaire pour diminuer la douleur de votre sciatique afin que vous puissiez rester actif. Ces traitements vous permettront de conserver votre rythme de vie habituel. Il est toutefois important de veiller à prendre la dose la plus faible possible pendant une période la plus courte possible. Tous médicaments présentent des effets secondaires non négligeables. Les anti-inflammatoires, par exemple, peuvent provoquer des ulcères gastroduodénaux, des problèmes cardiaques et rénaux. Ils ne sont d’ailleurs pas appropriés pour certaines personnes, c’est pourquoi, il est conseillé d’avoir un avis médical. Vous pouvez également opter pour des crèmes ou gels anti-inflammatoires à appliquer sur la peau, ce qui a pour avantage de réduire ces effets secondaires. Néanmoins, si la douleur persiste la prise en charge médicamenteuse n’est pas à envisager sur du long terme.

L’ostéopathie pour soulager la sciatique

L’ostéopathe a pour objectif de traiter la cause de la sciatique plus que la sciatique elle-même. Le but est de déterminer l’origine du problème : est-ce une contracture musculaire, une hernie discale ou un trouble mécanique de la colonne ? En fonction de l’origine, le traitement sera différent mais la finalité identique : diminuer la douleur sciatique.

Des techniques douces seront proposées face à une origine organique (hernie discale, arthrose sévère…) et des manipulations rachidiennes face à une origine mécanique. Pour déterminer ce qui est le plus adapté à votre situation, votre praticien réalisera des tests médicaux lui permettant d’exclure telle ou telle origine de la douleur.

N’hésitez pas à demander des conseils à votre ostéopathe sur les positions à adopter pour minimiser la douleur lors de vos mouvements, tels que sortir du lit, la marche, la position assise etc. Restez toujours prudent lorsque vous faites vos activités.

La kinésithérapie

Votre médecin traitant peut également vous référer à un kinésithérapeute. Des massages, des exercices de renforcement musculaire et des étirements vous seront enseignés. Plusieurs séances sont nécessaires, mais vous pourrez mettre en pratique les exercices appris en consultation à la maison.

En fonction des situations, un suivi en kinésithérapie et en ostéopathie peut être recommandé.

L’acuponcture

L’acuponcture est une médecine chinoise qui consiste à insérer de fines aiguilles dans la peau aux niveau de points précis le long des méridiens du corps.

A l’heure actuelle, il y a encore un manque de preuves montrant que l’acuponcture est efficace dans le traitement de la sciatique. Cependant certaines personnes constatent un soulagement de leurs maux.

Le froid et le chaud

L’application d’une source de chaleur ou de froid sur la zone douloureuse sont un traitement d’auto-assistance simple qui permet de soulager l’inconfort et la douleur liée à la sciatique ou la lombalgie. Le chaud est utilisé pour soulager les tensions musculaires et le froid pour diminuer les inflammations.

L’injection et injection péridurale

Les injections de cortisone (corticostéroïde) peuvent être utilisées pour traiter la douleur sciatique en aidant à supprimer l’inflammation autour du nerf irrité. Elles se font en intramusculaire, le plus souvent dans la fesse, pour une action locale.

Les injections péridurales de corticostéroïdes peuvent soulager la douleur à court terme chez les personnes atteintes d’une hernie discale lombaire ou d’une sténose spinale. L’injection se fait alors au plus proche de la hernie discale, directement dans la colonne vertébrale, sous anesthésie.

Les anesthésiques locaux à action prolongée sont également parfois injectés avec le corticostéroïde pour soulager la douleur. Parfois, l’injection anesthésique locale est administrée seule.

La chirurgie

Chez les personnes atteintes d’une hernie discale ou d’une sténose du canal rachidien qui ont des problèmes nerveux graves ou progressifs, la décompression peut être recommandée. Certaines personnes souffrant de douleurs sciatiques sévères et persistantes peuvent également être orientés vers un traitement chirurgical.

Le type de chirurgie dépendra de la cause de la sciatique. Une discectomie est une opération effectuée par une incision dans le dos pour enlever les parties du disque de la hernie qui appuient sur un nerf. Une laminectomie implique une intervention chirurgicale sur la colonne vertébrale pour enlever la totalité de la lamine (partie de l’os vertébral) afin de faire plus de place pour les racines nerveuses.

Discutez avec votre médecin pour peser les risques et les avantages de la chirurgie, afin de déterminer si celle-ci peut être bénéfique dans votre cas.

Le mot de l’ostéo :

La sciatique peut être un signe clinique bénin d’une contracture musculaire ou d’un blocage mécanique. Il n’est pas nécessaire de s’inquiéter si la douleur disparaît rapidement et si vous n’avez pas de troubles neurologiques (engourdissements intenses et paralysies). Cependant, n’attendez pas pour consulter votre médecin afin qu’il vous oriente correctement (kiné, ostéo…). Il vous conseillera sur la marche à suivre. Vous n’avez pas vu votre médecin mais vous allez voir un autre praticien ? Pas de panique, les ostéopathes sont formés pour évaluer la gravité d’une situation et savoir s’ils peuvent vous prendre en charge ou non. Ils vous réorienteront alors vers votre médecin s’ils estiment ne rien pouvoir faire pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec