Questions-réponses sur la sciatique

Questions-réponses sur la sciatique
Sciatique

La sciatique est une douleur qui irradie du bas du dos, dans la loge postérieure de la cuisse et du mollet ainsi que dans le pied. La sciatique est un type de radiculopathie lombaire, elle est caractérisée par une douleur et / ou des sensations (par exemple engourdissements, picotements) qui se déplace vers le bas dans une ou les deux jambes. Le nerf sciatique donne des nerfs collatéraux, plus fins, qui permettent le mouvement et la sensibilité (fonctions motrices et sensorielles) des cuisses, des genoux, des mollets, des chevilles, des pieds et des orteils.

4 faits à connaître sur la douleur et les symptômes de la sciatique

  1. Les symptômes de la sciatique peuvent commencer progressivement ou soudainement
  2. La douleur est caractérisée par une douleur aiguë, comme un coup de feu ou comme un choc électrique et/ou des engourdissements dans le membre inférieur.
  3. Les mouvements, comme la marche, peuvent intensifier la douleur.
  4. Parfois, la douleur est répartie uniformément dans la jambe, mais souvent, certaines parties de la jambe peuvent être plus douloureuses.

Où se situe la sciatique ? Comment la douleur se déplace-t-elle ?

Le nerf sciatique est le nerf le plus long et le plus large du corps, il mesure entre 10 et 15 mm de diamètre. Il trouve son origine dans le plexus sacré, un réseau de nerfs dans le bas du dos (colonne lombo-sacrée). La colonne lombo-sacrée fait référence à la colonne vertébrale lombaire (lombo) et au sacrum (sacrée) combinés.

Schéma d'une sciatique

Le nerf sciatique quitte le sacrum (région pelvienne) par un passage nerveux appelé foramen sciatique. Sur la partie supérieure du nerf sciatique, deux branches se forment, les branches articulaires et musculaires. La branche articulaire va à l’articulation de la hanche. La branche musculaire dessert les muscles fléchisseurs de la jambe, en longeant la partie postérieure de la cuisse jusqu’au genou.

Le nerf sciatique se subdivise en deux branches qui vont innerver le mollet et la face antérieure du tibia : le nerf fibulaire commun (péronier) et le nerf tibial. Le nerf fibulaire commun prend naissance à l’arrière du genou et se dirige latéralement pour rejoindre la face antérieure du tibia. Il donne alors le nerf fibulaire superficiel (côté externe de la jambe) et le nerf fibulaire profond (face antérieure du tibia et du pied). Le nerf tibial poursuit son trajet à la face postérieure du mollet, jusqu’à la plante du pied.

La douleur d’une sciatique se ressentira alors dans la région lombaire, la fesse, la face postérieure de la cuisse, la face externe et postérieure du mollet et sous le pied. Des douleurs peuvent aussi apparaître à la face antérieure du tibia et sur le dessus du pied.

Explication Sciatique

Qu’est-ce qui déclenche les symptômes d’une sciatique ?

La compression du nerf sciatique provoque les symptômes de la sciatique. Les causes courantes de la sciatique comprennent les troubles affectant la colonne vertébrale lombaire, telles que la hernie discale, la discopathie dégénérative, les ostéophytes (excroissances osseuses) ou la sténose rachidienne. La sciatique peut également être liée à une contracture musculaire des fessiers ou un blocage vertébral mécanique. Une infection de la colonne vertébrale ou une tumeur provoque rarement des symptômes sciatiques, des signes de gravité sont présents avant.

Les médicaments sans ordonnance peuvent-ils aider à soulager les symptômes de la sciatique ?

Selon les conseils d’un médecin ou d’un professionnel de la santé, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les antidouleurs en vente libre peuvent aider à réduire l’inflammation et la douleur de la sciatique.

N’oubliez pas que des traitements alternatifs peuvent vous soulager : bouillotte d’eau chaude, étirements, argile verte, huiles essentielles.

La chirurgie est-elle nécessaire pour soulager les symptômes d’une sciatique ?

La plupart des patients présentant des symptômes de sciatique répondent bien aux traitements non chirurgicaux, tels que les médicaments et la thérapie physique. La chirurgie de la colonne vertébrale est rarement nécessaire pour traiter une sciatique. Cependant, il existe des situations où la chirurgie de la colonne vertébrale est recommandée :

  • Si une faiblesse importante à la jambe est visible (paralysie),
  • Si les traitements non chirurgicaux ne sont pas efficaces ou ne réduisent plus les symptômes de la sciatique.

Quels types de chirurgie de la colonne vertébrale peuvent être recommandés pour traiter la cause de la sciatique ?

La chirurgie classique a pour but de décomprimer la racine nerveuse pour arrêter les signes cliniques. Cependant, en fonction de l’état de votre colonne, plusieurs solutions sont possibles.

La disectomie :

L’intervention consiste en une incision de 3/5 cm le long de la colonne vertébrale, en regard de la hernie discale. Le chirurgien décolle ensuite les muscles permettant le maintien de la colonne pour atteindre la hernie. Il retire alors le morceau de disque comprimant la racine nerveuse. C’est une chirurgie peu invasive, mais avec un temps de convalescence de plusieurs semaines afin d’assurer une bonne cicatrisation du disque intervertébral et prévenir les récidives.

La laminectomie / laminotomie :

Les deux interventions impliquent la résection de la partie postérieure d’une vertèbre, appelé lamina. La différence réside dans la quantité de matière retirée :

  • un retrait partiel est effectué lors de la laminotomie,
  • un retrait total est effectué lors de la laminectomie.

Le but de cette intervention est d’accéder à la hernie discale, en supprimant une partie osseuse et une partie du disque intervertébral, pour décomprimer une racine nerveuse.

Le type de chirurgie recommandé dépend du diagnostic, du nombre de niveaux de la colonne vertébrale nécessitant un traitement et des objectifs chirurgicaux.

Le mot de l’ostéo :

Les traitements anti-inflammatoires où la chirurgie ne dispense pas d’une meilleure hygiène de vie. En effet, la plupart des hernies discales sont liées à nos habitudes de vie et notamment nos mauvaises positions. Prenez soin de votre corps, faites les bons gestes, restez actifs, étirez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec